LE BESTIAIRE D’HICHEM  et  L'ERRANCE EST HUMAINE, 2 pièces pour un espace forain

 

> LE BESTIAIRE D'HICHEM

création et mise en scène Jeanne Mordoj - interprétation Hichem Chérif et Julia Brisset - création musicale et régie son Mathieu Werchowski  création lumières Jean-Yves Courcoux - scénographie Jeanne Mordoj et Yvett Rotscheid  - costumes Yvett Rotscheid - construction Silvain Ohl - régie lumière et construction Manuel Majastre - régie générale et régie plateau Eric Grenot

 

En novembre 2016, Jeanne Mordoj crée FIL-FIL avec 3 apprentis de l’Académie Fratellini. C’est sa première mise en scène et elle est destinée au très jeune public.
 Elle a souhaité poursuivre cette rencontre avec les enfants et proposer une nouvelle pièce de cirque jeune public et en confier l’interprétation à Hichem Chérif et Julia Brisset, deux des protagonistes de FIL-FIL.

Dans une arène qui nous rapproche des artistes, un acrobate et une équilibriste, nous emmènent en un voyage joyeux et troublant dans l’étrangeté animale. Ce spectacle avec peu de mots, où les corps parlent, nous met nez à nez avec l’énergie brute des bêtes. Une ode vibrante à l’imagination vive, que l’on ait six ans ou que l’on soit plus grand.

Tel un montreur d’animaux forains, Hichem expose les animaux qui vivent en lui. Sans masques ni artifices, il change de nature et devient quadrupède, oiseau, primate. L’acrobate ne singe pas la bête, mais par une posture, un regard, un bond saisissant de vérité il impose sa présence, son esprit. L’exubérance joviale du chien nous fait rire. Le balancement mélancolique du chimpanzé nous émeut. La noblesse étonnée de l’échassier au sol nous captive, et la puissance flegmatique du fauve impassible nous fascine. Ils nous font frémir aussi par leur sauvagerie indomptable et leurs sauts imprévisibles, jusqu’à nous effleurer.

L’espace aussi est plein de surprises, l’estrade a des trappes secrètes et fait apparaître tout à coup la complice d’Hichem. Cette fille énigmatique joue avec lui, se joue de lui le temps d’une chanson, puis s’évapore et revient encore. Une partie de cache-cache s’engage pour mieux s’apprivoiser et se trouver l’un l’autre.

Ce bestiaire vivant plein d’humour revigore l’imaginaire et l’ouvre aux histoires possibles. On peut y lire un conte merveilleux où le héros est victime d’un ensorcellement, une fable fantastique avec une créature à la fois homme et bête, une aventure drolatique de transe initiatique, ou encore le rêve d’un jeune homme qui lâche la bride à ses démons personnels. A moins qu’il ne s’agisse d’un jeu pour être plus libre. 

Les spectacles forains avec des animaux savants nous confronte au prodige de l’animal aussi « intelligent » que l’humain.  Jeanne Mordoj nous présente le prodige de l’humain aussi « instinctif » que l’animal. Comme lui, présent au réel, simplement là. Source de surprise et d’émerveillement. Le Bestiaire d’Hichem transmet aux plus jeunes le goût de jouer intensément, de s’inventer hors des sentiers battus, d’oser franchir la barrière des conventions. Aux autres, il rappelle qu’une fois l’enfance derrière soi, il faut s’amuser à créer, pour continuer à se découvrir et se connaître.

Accessible dès 6 ans, Le Bestiaire d’Hichem interroge les notions de transgression et de transformation. Des questionnements qui auront certainement une résonance particulière chez les enfants qui entrent précisément dans l’âge où il leur est demandé d’être raisonnables.

Dans ce solo forain, Jeanne Mordoj s’engage dans les méandres de la création. Elle défriche devant nous un chemin qui n’a rien de rectiligne, à travers le désert du doute et ses sables mouvants, escaladant des sentiers escarpés, déjouant les bâtons que l’on se met, seul, dans les roues, faisant jaillir des fulgurances soudaines. Au centre de l’arène, dans le lieu de l’exhibition, avec le corps, la voix et du papier, l’artiste devient montreuse de ces pérégrinations et de leurs trésors, loin de la vie banale.

Sous notre regard, elle s’avance en funambule, marchant sur des œufs. Tour à tour vacillante et résolue, perplexe et paisible, grave et burlesque, elle se tient dans le vif du moment. Et accomplit chaque acte comme s’il s’inventait sur le champ.
Le chant, la parole, la voix ventriloque révèlent les discordances et les querelles souterraines. Le papier, matière fragile et résistante, véritable partenaire, reflète ses états changeants. Elle le déroule, le découpe, le chiffonne, le sculpte, le peint, le malaxe. Il lui tient lieu de rideau de scène, de paravent, de façade pour ses états d’âme, de peaux et de masques multiples. De coiffe fantastique et de parures de reine, aussi. De panneau vierge où faire éclore par le dessin une horde de femmes férocement vivantes.

Au fil des transformations éphémères de la matière et des jeux avec les apparences, Jeanne Mordoj se réinvente sans cesse. Cet « autoportrait de l’artiste en errante », ce portrait forain, nous tend un miroir où chacun peut se voir, sans fard, et sonder ses propres incertitudes.  Comment accueillir nos vagabondages sans but, ce qui semble une faillite de nous-même ? Que répondre à la petite voix qui retient nos élans ? Que fait-on de nos envies de disparaître ? Comment rester dans le qui-vive du présent ?

Un spectacle tranquillement déstabilisant, qui suit de près le chemin en arabesques de la création. Acceptons l’invitation

LE BESTIAIRE D'HICHEM & L'ERRANCE EST HUMAINE, Une production compagnie BAL en coproduction avec Le Cirque-Théâtre d'Elbeuf, pôle national des arts du cirque de Normandie. Les Subsistances, laboratoire international de recherche artistique – Lyon, Les 2 Scènes, scène nationale de Besançon, Tandem, scène nationale - Douai, Le Carré, scène nationale du pays de Château-Gontier, Le Carré Magique, pôle national cirque en Bretagne - Lannion Trégor.
Avec le soutien du Cube / cie La Belle Meunière - Hérisson, de l’Académie Fratellini, centre d’art et de formation aux arts du cirque, du Plus Petit Cirque du Monde - Bagneux , de Crying out Loud - Londres (GB) et de la Ville de Besançon, du Département du Doubs, de la région Bourgogne-Franche-Comté , de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté au titre de l’aide au projet et du Ministère de la Culture – commission nationale d’aide à la création pour les arts du cirque.

La compagnie BAL est soutenue par la DRAC Bourgogne-Franche Comté.

© Géraldine Aresteanu

> L'ERRANCE EST HUMAINE

solo forain créé et interprété par  Jeanne Mordoj - accompagnement Pierre Meunier  - création musicale et interprétation Mathieu Werchowski  création lumières Jean-Yves Courcoux - scénographie Jeanne Mordoj et Yvett Rotscheid  - costumes Yvett Rotscheid  - accompagnement pour le travail corporel Olivia Cubero conception de la machinerie et construction Silvain Ohl - régie lumière et construction Manuel Majastre - régie générale et régie plateau Eric Grenot